|

Votre panier

Vous recherchez

0 LE BLOG
Voir toutes les fiches >

Alimentation et crise de goutte

Pharma-médicaments.com est le site de pharmacie en ligne de la pharmacie Bisiau.
Nos pharmaciens mettent leurs compétences et leurs expériences comptoir à votre service.

Dans notre série, « régimes et pathologies », pharma-médicaments.com vous apporte quelques conseils d'alimentation en cas de crise de goutte.

 

Qu'est-ce que la goutte ?

 

 

La goutte est une maladie chronique se manifestant par des crises articulaires inflammatoires et douloureuses.

Elle est associée à une forte concentration d'acide urique dans le sang (=hyperuricémie).
L'acide urique est un déchet fabriqué naturellement par l'organisme. Il se retrouve normalement en quantité faible dans le sang et est éliminé par les reins.

En cas d'augmentation de production d'acide urique ou de diminution de son élimination, son taux dans le sang est supérieur à la normale = c'est l'hyperuricémie.
Ce taux élevé peut alors entraîner la formation de cristaux d'acide urique au niveau articulaire, et ensuite causer une inflammation = c'est le déclenchement de la crise de goutte.

La crise de goutte se déclare le plus souvent brutalement la nuit, car la baisse de la température corporelle active les cristaux d'acide urique.
L'organe le plus régulièrement touché est le gros orteil : il devient rouge, enflé, la peau est luisante, et il est si douloureux que parfois même le contact d'un drap est insupportable.

 

Important à savoir

  • Une hyperuricémie n'entraîne pas nécessairement la goutte.
  • Pathologie plus fréquente chez l'homme que la femme.
  • Certains médicaments peuvent diminuer l'excrétion d'acide urique au niveau rénal : certains diurétiques, l'aspirine à faible dose...
  • L'obésité, le diabète et l'hypertension artérielle sont parfois liés à l'hyperuricémie et à la goutte.

 

Quels sont les risques pour l'organisme ?

Outre les douleurs qui sont parfois très violentes lors de certaines crises, la goutte peut entraîner des lésions voire des destructions articulaires permanentes si les accès de goutte sont trop fréquents.

Certaines études ont associé cette pathologie avec une augmentation des risques de survenue de maladies cardiaques, d'hypertension artérielle, d'obésité, d'hypercholestérolémie, et de calculs rénaux.

 

 

 

Quels sont les traitements et attitude à adopter ?

 

 

Le traitement de l'accès aigu de la goutte doit être précoce et nécessite dans la grande majorité des cas une consultation médicale.

Le traitement de référence est la colchicine.
S'il s'agit de la toute première crise ou bien si le patient ne possède plus de comprimés de colchicine, il est conseillé de glacer l'articulation touchée, et de prendre des anti-inflammatoires : ibuprofène ou aspirine à condition que l'état pathologique ou d'autres traitements éventuels ne contre-indiquent pas la prise d'anti-inflammatoires (les anti-inflammatoires sont à proscrire chez certains patients).

Dans tous les cas, il faut boire au moins deux litres d'eau par jour !

Pour les patients chez qui les crises de goutte sont fréquentes, il existe des cerceaux de lit remboursables pour éviter le contact entre l'articulation douloureuse et les draps ou la couette.
Il sera intéressant de discuter avec le médecin de l'intérêt d'un traitement de fond pour essayer de lutter contre l'hyperuricémie.

 

Comment diminuer son taux d'acide urique ?

L'acide urique est un déchet, que le corps cherche à éliminer.
Il est produit notamment lors de la dégradation des purines : les purines entrent dans la composition de l'ADN et dans de nombreuses molécules essentielles aux réactions de l'organisme.
Ce qui fait que chaque jour, environ 2/3 des purines à éliminer proviennent des cellules mortes de notre corps, le reste étant issu de notre alimentation.

C'est donc sur ce levier alimentaire qu'il faut essayer de jouer afin de limiter l'apport de purines dans notre alimentation, ce qui diminuera ainsi la production d'acide urique par notre organisme.

 

 

 

 

 

 

Quelles sont les mesures alimentaires à adopter ?

 

 

Une bonne hygiène alimentaire est indispensable pour diminuer la production d'acide urique.
La principale mesure sera de limiter les aliments riches en protéines animales qui augmentent le taux sanguin d'acide urique.

Il faut également se méfier du fructose, présent dans certains sodas notamment, donc il faut bien faire attention aux étiquettes !

 

À PROSCRIRE

  • Alcools forts (>40°)
  • Bière, même sans alcool !
  • Sodas contenant du fructose

SURTOUT PAS DE WHISKY-COCA !

 

À EVITER

  • Poissons de type anchois, sardines, harengs, moules, St Jacques, autres crustacés
  • Abats (rognons, tripes...), saucisses, charcuterie, gibiers et viandes faisandées
  • Bouillons de viande, potages de type consommés
  • Jus de fruits et fruits riches en fructose : pomme, ananas, raisin, orange, poire, et banane mûre...

 

À LIMITER (2 ou 3 fois par semaine)

  • Truite, maquereau, saumon
  • Crevettes, crabe, coquillages
  • Porc, veau, agneau, bœuf, volailles et lapin, jambon
  • Asperges, champignons, légumes secs
  • Germes de blé, son
  • Beurre
  • Vin

 

À ENCOURAGER

  • Légumes (haricots verts, poireaux, courgettes, carottes, pommes de terre...)
  • Poulet, dinde
  • Poissons blancs
  • Laitages à faible teneur en matières grasses
  • Fruits frais pauvres en fructose : kiwi, abricot, cerises
  • Riz, pâtes, pain, œufs, lait
  • Fromages à pâte molle

 

BOIRE BEAUCOUP pour augmenter l'élimination de l'acide urique, notamment de l'eau de Vichy

Il faut faire également très attention aux régimes drastiques et veiller à ne pas sauter de repas : l'organisme répond en dégradant des protéines présentes dans l'organisme pour créer de l'énergie, ce qui forme de l'acide urique. 

 

 

Livraison

box livraison

Paiement sécurisé

boxpaiementsecurise

Hébergement sécurisé

boxhebergementsecurise

Service Client

Du lundi au vendredi de 9h à 18h
telephone 09 70 82 29 39
numéro non surtaxé